Avons-nous perdu notre humanité ?

Avons-nous perdu notre humanité ? (30 avril 2015)

Avons-nous perdu notre humanité ? Tout porte à le croire. Dans l’indifférence la plus totale, des centaines de femmes, d’enfants et d’hommes perdent la vie en Méditerranée.

18 décembre : Journée internationale des Migrants (décembre 2012)

18 décembre : Journée internationale des Migrants
Ensemble pour les droits et la dignité des migrant.e.s

Rassemblement à Rennes, mardi 18 décmebre 2012 à 18 h, place de la Mairie
La MIR était signataire de cet appel

2015

Table-ronde sur les destins entrecroisés de sept femmes originaires d'Inde, du Cambodge, d'Afghanistan, de Corée du Sud, de Chine et du Japon, actives depuis de nombreuses années sur le territoire français qui nous proposeront un regard pertinent sur la place des femmes dans chacune de ces sociétés. Un voyage passionnant au cœur des cultures asiatiques !

Actualité, Tunisie : la transition démocratique, conférence de Mr Ahmed Galaï, membre du comité directeur de la LTDH , à l'espace Ouest France, mercredi 2 juillet 2014.

Mercredi 2 juillet s'est tenue à l'Espace Ouest France une conférence de M. Ahmed Galaï, invité par la Maison Internationale de Rennes, sur la révolution tunisienne et les leçons qui peuvent aujourd'hui en être tirées. Cet évènement a été l'occasion pour la public rennais de plonger au coeur de l'effervescence politique du pays, puisque nous avions l'honneur de recevoir le vice-président du Comité directeur de la Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l'Homme, laquelle s'est largement impliquée dans le dialogue national autour de la rédaction de la nouvelle Constitution démocratique du 26 janvier 2014. La Tunisie connaît en effet une période de transition démocratique depuis la Révolution de la Liberté et de la Dignité du 14 janvier 2011 qui a renversé le président de la République Zine el-Abidine Ben Ali, dictateur porté au pouvoir par un coup d'Etat en 1987. M. Galaï, fort de son expérience de militant au sein la Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l'Homme depuis les années 1980, nous a exposé ses analyses des causes profondes de cette révolution, des acquis obtenus au terme d'un processus constitutionnel conflictuel et incertain et des défis qui sont encore à relever pour son pays.

 

Selon M. Galaï, il s'agit bel et bien d'une révolution des droits de l'homme, dont le détonateur réside en grande partie dans les violations répétées des droits humains et des libertés publiques et individuelles par le régime de Zine el-Abidine Ben Ali: torture, procès politiques, harcèlement des militants, notamment de la Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l'Homme, etc... Les conditions économiques difficiles ont également fourni un terreau favorable à l'émergence des revendications populaires. En effet, la révolte s'est cristallisée autour d'injustices gouvernementales entre des régions laissées pour compte, "l'autre Tunisie que Ben Ali ne connaissait pas" selon M. Galaï, et les régions d'origine des dirigeants, ainsi qu'entre la hausse du chômage des jeunes diplômés et la corruption ostensible de la famille Trabelsi, belle-famille de l'ancien président de la République. Cependant, à l'euphorie de la révolution, a succédé une phase difficile pour le peuple tunisien, marquée par une instabilité politique et gouvernementale et par les piétinements du processus constitutionnel qui aura finalement duré deux ans. La société civile, représentée par de grandes organisations comme la Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l'Homme ou l'Union Générale des Travailleurs Tunisiens, le syndicat national, a joué un rôle prépondérant tout au long du processus, notamment dans la résolution des blocages entre les forces partisanes de l'Assemblée constituante. M. Galaï a mis en avant trois victoires majeures des démocrates au terme des négociations: l'institution d'un Etat civil sans référence à la "Chariaa", l'établissement de l'égalité entre les hommes et les femmes, ainsi la constitutionnalisation des grands principes des droits de l'homme. Néanmoins, M. Galaï note que beaucoup de défis sont encore à relever: pallier les difficultés persistantes de l'économie tunisienne, apaiser un climat politique troublé et enfin consolider le système institutionnel démocratique.

 

M. Galaï nous a ainsi offert un éclairage avisé sur les évènements qui ont engagé à la Tunisie sur la voie de la démocratie et des droits de l'homme, dressant un bilan optimiste, bien que prudent, de ce processus. Ainsi que l'a écrit le poète tunisien Abou el Kacem Chebbi "Lorsqu'un jour le peuple veut vivre, force est pour le destin de répondre. Force est pour les ténèbres de se dissiper, force est pour les chaînes de se briser."

Arzhela THUAL

 

 

Appel à mobilisations - Contre les naufrages en Méditerranée : des ponts, pas des murs !

Appel à mobilisations - Contre les naufrages en Méditerranée (29 mai 2015)

Près de 100 organisations décident de se mobiliser face à la situation que connaissent les migrants en Méditerranée. Elles écrivent au Président de la République et lancent un appel à mobilisations : Contre les naufrages en Méditerranée : des ponts, pas des murs ! Mobilisons-nous !

Attentat de Nice... réaction à l'horreur

Attentat de Nice... réaction à l'horreur (15 juillet 2016)

Ce XXIème siècle qui voit l’émergence d’un islamisme radical et son corollaire le terrorisme ne doit pas nous faire oublier notre condition humaine.

Dans la situation préoccupante du Monde d’aujourd’hui, nous ne parlerons pas de choc des civilisations car les victimes du terrorisme sont de tous les endroits de la planète, de tous âges, nourrissons, enfants, adolescents, jeunes ou vieux, hommes ou femmes. L’attentat de Nice en est la triste démonstration. Alors qu’elles étaient venues, en famille, célébrer la liberté en ce jour de fête nationale, le 14 juillet, 84 personnes ont perdu la vie, plus de 200 personnes sont blessées, laissant des familles meurtries à jamais dans leur chair.

Communiqué de la Présidente

Communiqué de la Présidente (18 novembre 2015)

Communiqué de la Présidente

Communiqué de la Présidente (7 juillet 2017)

Le 30 juin 2017, Madame Simone Veil nous a laissés orphelin.e.s mais nous laisse un héritage colossal dont nous devons être dignes et en assurer la transmission.

Communiqué de la Présidente -

Communiqué de la Présidente (14 décembre 2016)

Brita HAGI HASSAN, président du Conseil de la Ville d’Alep et Maire d’Alep Est, sera reçu à la MAISON INTERNATIONALE DE RENNES  (7 quai Chateaubriand) le vendredi 16 décembre 2016 à 18h30.

Communiqué du collectif de solidarité avec Pinar Selek

Communiqué du collectif de solidarité avec Pinar Selek (6 janvier 2015)

Après 16 années d’acharnement judiciaire, le procès de ce jour a permis aux avocats de Pinar Selek de plaider toute la journée pour montrer l’absurdité et l’arbitraire de la procédure.

Communiqué émanant de la Marche Mondiale de Femmes et demandant la libération des jeunes filles nigérianes.

Communiqué émanant de la Marche Mondiale de Femmes et demandant la libération des jeunes filles nigérianes (13 mai 2014)

Lire le Communiqué

communiqué MIR contre le racisme

Communiqué de la Maison Internationale de Rennes contre le racisme                 (19 novembre 2013)

La Maison Internationale de Rennes (MIR) qui défend les valeurs de paix, de démocratie et de fraternité et qui promeut le dialogue des cultures exprime sa grande inquiétude devant le climat délétère qui pollue notre pays.

Droits Humains

 

Droits humainsDans le champ des Droits Humains, la MIR fait entendre sa voix toutes les fois que ces derniers sont bafoués, notamment à travers la signature de pétitions, la diffusion d'informations et la mobilisation de ces réseaux sur ces questions.

 

 

Expulsion des migrants du squat de Pacé, Ille-et-Vilaine (25 novembre 2012)

Expulsion des migrants du squat de Pacé, Ille-et-Vilaine (25 novembre 2012)

La Maison Internationale de Rennes (MIR) qui défend les valeurs de paix, de démocratie, de fraternité et qui œuvre pour le dialogue des cultures tient à exprimer son indignation devant la situation insoutenable que vivent 250 personnes migrantes dont 70 enfants, expulsés du squat de Pacé.

Adhérer à la MIR

Copyright