Logo MIR 2013 pour Signature Courriel

 

2. Coopération et partenariat pour l'innovation et le partage d'expériences

Action clé 2 - Coopération et partenariat pour l'innovation et le partage d'expériences

Les projets de coopération internationale et le partage d'expériences entre institutions sont renforcés. Tous les secteurs sont concernés : l'enseignement scolaire, supérieur, la formation professionnelle, l'éducation des adultes et le secteur jeunesse.

Quatre types de partenariats sont proposés :

  • Les partenariats stratégiques répondent aux besoins grandissants d'innovation et visent le rapprochement de tous les acteurs impliqués dans un secteur donné : l'éducation, la formation, la jeunesse. Pour un impact plus important, activités de mobilité et actions de coopération peuvent se compléter au sein du projet.
  • Les alliances de la connaissance sont des partenariats de grande envergure ciblant la modernisation des établissements d'enseignement supérieur. Le rapprochement avec le monde de l'entreprise permettra de générer encore plus d'innovation, de créativité et d'adapter les qualifications aux évolutions de l'emploi.
  • Les alliances sectorielles permettent des coopérations entre les établissements de formation professionnelle et les entreprises : création de nouvelles filières, modernisation des pratiques de formation, innovation sociale, etc.
  • La coopération internationale avec les pays tiers est renforcée et a pour but la modernisation des établissements d'enseignement supérieur, la réforme des modes de gouvernance, la qualité des enseignements, éducation non-formelle, etc. Sont concernés : les pays du voisinage européen, les pays d'Amérique latine, d'Asie et d'Afrique

 

- Pour informations plus détaillés consulter la Guide, en version anglaise, au lien suivante (pag. 93-129) :

http://ec.europa.eu/programmes/erasmus-plus/documents/erasmus-plus-programme-guide_en.pdf

  - Pour informations dans toutes les autres langues consulter ce lien :

http://ec.europa.eu/programmes/erasmus-plus/index_en.htm

3. Soutien à la réforme des politiques

Action clé 3 - Soutien à la réforme des politiques

La réforme des politiques a pour but de renforcer les outils et instruments mis en place pour faciliter la mobilité en Europe ainsi que la coordination des Etats membres de l'Union dans les domaines de l'éducation, de la formation et de la jeunesse.

 

- Pour obtenir des informations plus détaillés consulter la Guide, en version anglaise, grâce au lien suivant (pag. 141-143) :

http://ec.europa.eu/programmes/erasmus-plus/documents/erasmus-plus-programme-guide_en.pdf

  - Pour obtenir des informations dans toutes les autres langues consulter ce lien :

http://ec.europa.eu/programmes/erasmus-plus/index_en.htm

 

En savoir plus...

Erasmus+ : le nouveau programme de l’UE à soutien de l’Education, Formation, Jeunesse et Sport pour la période 2014-2020

Avec un budget de plus de 14 milliards d'euros pour les sept années à venir, le programme d'éducation Erasmus+ permettra à plus de 5 millions de jeunes d'étudier, de se former et de participer à des activités de volontariat y compris dans le sport, à l'étranger.

Le programme Erasmus+ a été conçu pour soutenir les efforts des programmes nationaux à exploiter, en manière efficace, le potentiel du capital humain et social de l’Europe.

En particulier, Erasmus+ soutiendra :

  • les partenariats transnationaux parmi les institutions et organisations actives dans les secteurs de l’éducation, de la formation et de la jeunesse ;
  • les efforts nationaux qui visent à la modernisation des secteurs de l’Education, de la Formation et de la Jeunesse, afin de réduire les écartes de compétences dont l’Europe, aujourd’hui, souffre ;
  • le Sport, dans la lutte contre les matches truqués, le dopage, la violence, le racisme et dans la promotion d’activités de volontariat dans le sport, ainsi que l'inclusion sociale, l'égalité des chances et la sensibilisation à l'importance de l'activité physique pour la santé ;
  • le libre accès aux matériels, documents et aux médias qui sont utiles à l’apprentissage, l’enseignement, la formation et le travail des jeunes ;
  • la promotion de l’apprentissage des langues et la diversité linguistique.

Qui peut participer au programme ?

Individus-étudiants, stagiaires, apprentis, élèves, adultes apprenants, les jeunes, les bénévoles, les professeurs, les enseignants, les formateurs, les jeunes travailleurs, les professionnels des organisations actives dans les domaines de l'éducation, de la formation et de la jeunesse constituent le principale cible du programme. Cependant, le programme atteint ces personnes à travers les organisations, les institutions, organes ou groupes qui organisent ces activités.

Structure du programme :

Erasmus+ propose une approche intégrée et simplifiée des 7 programmes existants des secteurs éducation, formation et jeunesse, à travers trois actions clés :

1. La mobilité individuelle à des fins d'apprentissage

2. Coopération et partenariat pour l'innovation et le partage d'expériences

3. Soutien à la réforme des politiques

Deux actions spécifiques, l'initiative Jean Monnet qui favorise l'enseignement, la recherche et le débat sur l'histoire, la politique, l'économie et le droit de l'Union européenne et la coopération dans le domaine du Sport complètent la structure de ce nouveau programme.

- Pour obtenir des informations plus détaillées consulter la Guide, en version anglaise, grâce au lien suivant :

http://ec.europa.eu/programmes/erasmus-plus/documents/erasmus-plus-programme-guide_en.pdf

  - Pour obtenir des informations dans toutes les autres langues consulter ce lien :

http://ec.europa.eu/programmes/erasmus-plus/index_en.htm

http://penelope.2e2f.fr/

Journées de l'Europe 2014

                                                                                                                                                2014

cartond'inviationJournéesdel'Europe2014

Elections européennes 2014

Elections Européennes 2014

Le Parlement européen est l’institution représentant les peuples des États membres de l’Union européenne. Entre le 22 et le 25 Mai 2014, les citoyens européens auront la possibilité de choisir leurs nouveaux représentants. Surtout, pour la première fois, ils choisiront aussi, indirectement, le nouveau Président de la Commission Européenne. Depuis 1979, les élections européennes se déroulent tous les 5 ans, et grâce à cela, le rôle du Parlement s’est progressivement renforcé. Aujourd’hui ses actions influencent quotidiennement notre vie : par exemple, il établit, avec le Conseil, le budget annuel de l’Union ; il participe à l’adoption des actes juridiques aux côtés du Conseil ; il peut censurer la Commission, qui doit alors démissionner ; il peut recevoir des pétitions émanant des citoyens européens et constituer des commissions temporaires d’enquête.

Ces élections seront l'occasion la plus propice pour les citoyens de participer à l'action de l'Union Européenne, pour un avenir meilleur pour tous !

 

 - Elections Européennes 2014 : « un petit pas pour un citoyen, un grand pas pour l’Europe ! » Le Billet de Fabrizio Fiore

 

Site du Parlement Européen : http://www.elections2014.eu/fr

Site « Fondation Robert Schuman », pour des renseignements pratiques sur les prochaines élections : http://elections-europeennes.robert-schuman.eu/

Site Channel Info ArteTV : http://www.arte.tv/fr/europeens/2151236.html

Site Association Mouvement Européen 35 : http://www.mouvement-europeen.eu/?tag=me-35

Site Maison de l’Europe de Nantes : http://www.maisoneurope-nantes.eu/spip.php?article488

Site Maison de l’Europe de Rennes : http://maison-europe-rennes.org/

 

Europe

Tout au long de l’année, la Maison Internationale de Rennes propose différents types d’actions, dont les Journées de l’Union européenne, qui permettent de :

  • découvrir les cultures européennes dans leur richesse et leur diversité,
  • mieux connaître le rôle de l’Europe dans le monde et d’enrichir la réflexion de chacun,
  • sensibiliser à la notion de citoyenneté européen,
  • favoriser la construction de projets européens.

 La MIR fait aussi vivre ses contacts associatifs Européens, en particulier, pour l'instant, en Pologne et en Allemagne, dans deux de ses Villes Jumelées, Erlangen et Poznan : Interform, projet européen d'échanges de compétences.

 

 

Europe étoiles

Elections Européennes 2014 : « un petit pas pour un citoyen, un grand pas pour l’Europe ! »

Le Billet de Fabrizio Fiore, Etudiant en 3ème année de Relations Internationales, « Università degli Studi di Palermo », 1er semestre à l’IEP de Rennes, 7 février 2014

 

Les élections européennes approchent. Entre le 22 et le 25 mai, 500 millions de citoyens européens seront appelés aux urnes dans tous les 28 États membres, pour élire 751 députés au Parlement européen. Déjà 5 ans depuis les dernières élections de 2009 ! Aujourd’hui,  l’Europe est différente. Elle vient juste de traverser une crise économique (crise financière et crise de la dette, renflouements publics, coupes budgétaires, etc.) et sociale sans précédents. La confiance en elle et dans ses institutions en a évidemment souffert, en tombant à des niveaux historiquement bas. Or, de ces élections, dépend l’avenir de l’Europe : ses institutions ont-elles encore assez de soutien pour continuer leur action, doivent-elles changer, disparaître ? Le taux de participation populaire, l’intérêt des citoyens, les sujets au centre des campagnes électorales des partis européens, la médiatisation de cet événement, etc., seront tous des signaux très importants, qui donneront, définitivement, une réponse claire aux questionnements sur l’avenir de l’Europe. En effet, tous les doutes sur l’efficacité de l’Union Européenne ne sont pas sans fondement. On ne peut cacher que l’Union Européenne souffre d’un « déficit démocratique ». La seule institution, expression de la volonté populaire et pourtant légitimée à légiférer, est le Parlement Européen. Il a toujours disposé de pouvoirs limités et insuffisants pour affecter de manière remarquable les politiques européens. Les vrais dirigeants européens ne sont pas élus, ou le sont indirectement. Aux commandes de l'Europe, on retrouve : le Conseil européen formé des chefs d'Etat et de gouvernement, la Commission Européenne composée de personnalités nommées par leur gouvernement, l’Eurogroupe (organe qui gère la zone euro) composé des ministres des Finances des Etats membres. Comme on peut bien comprendre, toutes ces institutions ne sont responsables devant personne. Lorsqu'un échec se présente, la classe politique nationale, pointe l'"Europe" du doigt, alors que, un gouvernement proprement dit européen n’existe même pas, mais il est issu de négociations entre les mêmes politiciens qui, après, l’accusent. En rejetant la faute sur l'échelon européen, nul n’assume jamais vraiment la responsabilité politique. L’échec, dit-on, n'a pas d'auteur. Cependant, l’Union Européenne est un projet encore en construction, jour après jour, et l'année 2014 offre, pour la première fois, la perspective d'un changement notable. Celles-ci seront les premières élections en conformité avec les règles du traité de Lisbonne. Le Parlement européen disposera de plus de pouvoir et, pour la première fois, les électeurs auront l'occasion de choisir indirectement le prochain président de la Commission. Tous les partis politiques européens présenteront un candidat, qui en cas de victoire du parti deviendra le nouveau président de la Commission européenne.Dotée (la Commission) d'un président politiquement déterminé, d'un collège des commissaires solidaires et d'une majorité, même relative, au Parlement européen, l'Europe offrirait un visage nouveau et radicalement différent. Avec les prochaines élections nous avons le pouvoir de mettre les bases d’une nouvelle ère pour l’Europe ou, à l’inverse, d’y mettre fin. Toutefois, cette Europe unie, souvent critiquée, fait désormais partie de nous. Y mettre fin signifierait perdre tous les bienfaits des 60 dernières années : « Etre européen est notre nom de famille. Notre nationalité est notre prénom. ». L’Union nous donne la force pour faire face aux défis de ce nouveau siècle. Seuls, France, Italie, Allemagne, seraient écrasés par les nouveaux pays émergents (comme la Chine). Il est le moment que les citoyens, à travers notamment l’action des associations existantes ou à créer, prennent en main le futur de ce continent, menacé par des intérêts particuliers et égoïstes. Voter, et après le vote, participer encore plus activement au projet d’une Europe unie, en réclamant toujours plus de droits et de démocratie, pour une Europe qui corresponde à nos rêves !

 


 

Elezioni Europee 2014 : « un piccolo passo per un cittadino, un grande passo per l’Europa ! »

Commento di Fabrizio Fiore, studente al terzo anno di Relazioni Internazionali, « Università degli Studi di Palermo », di cui un semestre a l’IEP de Rennes, 7 février 2014

 

Le elezioni europee si avvicinano. Tra il 22 e 25 maggio, 500 milioni di cittadini europei saranno chiamati alle urne in tutti i 28 Stati membri, per eleggere 751 deputati al Parlamento europeo. Sono già passati 5 anni dalle ultime elezioni del 2009 ! Oggi l’Europa é cambiata, soprattutto in seguito alla crisi economica (crisi finanziaria e del debito, tagli, salvataggi pubblici, ecc.) e sociale che ha caratterizzato questi ultimi anni. La fiducia in essa e nelle sue istituzioni ne ha inevitabilmente sofferto, precipitando a dei livelli storicamente bassi. Ora, da queste elezioni dipende il futuro dell’Europa : le sue istituzioni godono ancora di abbastanza sostegno per continuare la loro azione, devono cambiare o devono, al contrario, scomparire ? Il tasso di partecipazione popolare, l’interesse dei cittadini, le questioni al centro delle campagne elettorali dei partiti europei, la mediatizzazione di questo evento, ecc., saranno tutti dei segnali importanti, che daranno definitivamente una risposta chiara alle domande attanaglianti sul futuro dell’Europa. In effetti, tutti i dubbi sull’efficacia dell’Unione Europea non sono poi cosi infondati, non si puo’ nascondere il fatto che l’Unione Europea soffre di un certo “deficit democratico”. La sola istituzione espressione della volonta popolare e, pertanto, legittimata a legiferare, é il Parlamento Europeo. Esso ha goduto da sempre di poteri limitati e insufficienti per influenzare rimarcabilmente le politiche europee. I veri dirigenti europei non sono eletti, o al massimo lo sono indirettamente. Al commando dell’Europa ritroviamo: il Consiglio europeo formato dai capi di stato o di governo, la Commissione europea composta da personalità nominate dai loro governi nazionali, l’Eurogruppo (l’organo che amministra la zona euro) composto dai ministri delle Finanze degli Stati membri. Ne deriva, dunque, che tutte queste istituzioni non sono responsabili davanti a nessuno.  Nel momento in cui si commette un errore o si verifica un fallimento, la classe politica nazionale punta il dito contro l’“Europa”, quando in realtà un governo europeo vero e proprio neanche esiste, al contrario é il risultato delle negoziazioni di quegli stessi politici che lo accusano. Rigettando cosi la colpa su un piano europeo, di fatto nessuno finisce mai veramente per assumerla. Detto cio’, l’Unione Europea resta un progetto ancora in costruzione, giorno dopo giorno, e l’anno 2014 ci offre per la prima volta una prospettiva di cambiamento interessante. Queste saranno le prime elezioni in conformità alle regole del trattato di Lisbona. Il Parlamento europeo avrà a disposizione più poteri e, per la prima volta, gli elettori avranno l’opportunità di eleggere indirettamente il prossimo presidente della Commissione europea.Tutti i partiti politici europei presenteranno un candidato, che in caso di vittoria del partito diventera il nuovo presidente della Commissione europea. Dotata (la Commissione) di un presidente politicamente determinato, di un collegio di commissari a lui solidari et di una maggioranza, seppur relativa, al Parlamento europeo, l’Europa offrira un volto nuovo e radicalemente diverso. Con queste prospettive, alle prossime elezioni, abbiamo il potere di porre le basi di una nuova era per l’Europa o, al contrario, di mettervi fine. Tuttavia, questa Europa unita, spesso criticata, fa ormai parte di noi, mettervi fine significherebbe perdere tutto quello che di buono é stato fatto in questi ultimi 60 anni: “ Essere europei é il nostro cognome. La nostra nazionalità é il nostro nome” . L’Unione ci da la forza per affrontare le sfide di questo nuovo secolo. Da sole, Francia, Italia, Germania, verrebbero schiacciate dalla crescita dei nuovi paesi emergenti (prima fra tutti la Cina). E’ arrivato il momento che i cittadini, anche attraverso l’azione delle associazioni esistenti o da creare, prendano in mano le sorti di questo continente, minacciato dai soliti interessi privati ed egoistici. Votare, e dopo il voto, partecipare più attivamente al progetto di un Europa unita e reclamare sempre più diritti e democrazia, per un Europa che corrisponde ai nostri sogni !

 

Jean Monnet

L’initiative Jean Monnet et ses actions

Les Actions Jean Monnet visent à promouvoir l'excellence dans l'enseignement et la recherche, dans le domaine des études de l'Union européenne, dans le monde entier. Ces actions visent également à favoriser le dialogue entre le monde académique et les décideurs, en particulier dans le but d'améliorer la gouvernance des politiques de l'UE.


L’Action Jean Monnet est censée, à long terme, d’encourager la promotion et la diversification des études européennes dans le monde entier ainsi que d’améliorer et élargir la participation du personnel de plus de facultés et départements d'enseignement et de recherche de l'Union européenne.

 

- Pour obtenir des informations plus détaillées consulter la Guide, en version anglaise, grâce au lien suivant (pag. 149-171) :

http://ec.europa.eu/programmes/erasmus-plus/documents/erasmus-plus-programme-guide_en.pdf

 - Pour obtenir des informations dans toutes les autres langues consulter ce lien :

http://ec.europa.eu/programmes/erasmus-plus/index_en.htm

  • 1
  • 2

Adhérer à la MIR

Maison Internationale de Rennes
7 quai Chateaubriand, FR 35000